[Les Amis de l’église d’Issigeac] La Ville-Village
Vous êtes dans...
La Ville-Village

LA VILLE-VILLAGE

Aujourd’hui...

Issigeac garde un charme médiéval, certainement dû à ses ruelles longées de maisons à colombage mais aussi par sa disposition concentrique, une sorte de cerveau dont l’épicentre serait l’église.
Dotée de nombreux commerces tant au niveau alimentaire (boulangers, bouchers, petits supermarchés, épicerie bio...) que de services (coiffeurs, pharmacies, banque, agences immobilières, fleuriste,…), Issigeac, chef-lieu du Canton offre les prestations administratives (mairie, poste, gendarmerie) d’une petite ville qui en font une Ville-Village. Abritant aujourd’hui quelques 730 habitants, ce village connaît un regain d’activité dû à la volonté d’une municipalité dynamique et de nombreux bénévoles qui organisent de multiples festivités, toutes de qualité.

Issigeac, vit depuis bien longtemps…la preuve…
Le site fût occupé par les « Troglodytes » : des haches en silex ont été retrouvées.
Des menhirs, des monnaies à l’effigie d’empereur Gallien et Gordien témoignent également du passé.
Une voie romaine traversait Issigeac du Nord au Sud, joignant Périgueux à Agen.

Pourquoi ce nom…
Aucune certitude ne confirme le nom Issigeac. Il pourrait être une évocation de la déesse Isis (déesse égyptienne fort honorée en Gaulle), le suffixe ‘ac’ signifierait ’la propriété de’.
Le plus communément, on dit que le territoire appartenait à un certain "Issigus" qui concaténé à "ac" donna Issigeac.

Bref historique...

Dès le 6 et 7ème siècles, la ville et la communauté d’Issigeac furent fondées. Un bourg médiéval s’organise autour d’un monastère bénédictin dédié à St Pierre.
La particularité de la géométrie de la ville daterait de cette époque. Peu de modifications ont été opérées sur cette organisation sans ordre apparent mais selon un plan circulaire.
Vers 1053, une bulle du pape Eugène III adressée à Raymond de Fénelon, abbé de Sarlat, mentionne la ville d’Issigeac. En 1351, le monastère est rattaché à l’abbaye de Sarlat : (...)
> Lire la suite...

Issigeac, sa géographie et son climat…

Superficie de 970 ha - Situé à 18km de Bergerac, 16km de Villeréal et 20km d’Eymet les trois villes les plus importantes.

Issigeac se situe à une altitude de 125 cm au dessus du niveau de l’eau et comporte 3 ensembles topographiques.
1. Le cours d’eau ‘Banège’ (prenant sa source à Montaut et Bardou), traverse la commune à proximité du centre-ville. Il alimentait les moulins.
2. Sa vallée plate et faiblement ondulée constitue un terrain humifère, gras et tourbeux fournissant un fourrage abondant se prêtant ainsi à l’élevage .
3. Enfin les coteaux forment des ondulations prononcése, la terre argilo-calcaire et pierreuse d’aspect blanchâtre est propice à la culture des céréales, vigne et pruniers.
La diversité de ces terroirs a donc permis de varier les cultures favorisant ainsi le trafic commercial sur tout le Bergeracois.

L’expression imagée « Issigeac est sur l’eau » se vérifie après observation de la pluviométrie. La vallée de la Dordogne canalise les orages de printemps et d’été qui provoquent des grands écarts d’étiages selon les années. Cependant, le climat y est doux, les gelées perdurent jusqu’au début du printemps et les étés sont relativement chauds. Les avant et arrière saisons sont très douces. En moyenne, il pleut 80mm d’eau par an, au lieu de 136 dans le bordelais.

Les personnes célèbres...

. Duguesclin est sans doute passé par Issigeac.

. Charles IX y fît un court séjour.

. Fénelon, archevêque de Cambrai et précepteur du petit fils de Louis XIV, détaille son séjour à Issigeac dans une lettre (16/06/1681).

. Pozzi, éminent professeur de médecine à Paris, chirurgien en chef de l’hôpital Broca

Monuments ou bâtisses remarquables...


- Eglise Saint Félicien : fin 15ème et début 16ème siècle
- Le Palais des évêques : 17ème siècle
- Le château des évêques
- La prévôté : chartreuse du 17 et 18ème siècles
- Nombreuses maisons à colombages du 20ème siècle

La sauveté...

Une Sauveté est une terre d’Eglise dont le village central s’estconstruite au cours du temps, sans plan d’urbanisme et en général en escargot autour de l’abbaye d’origine, à la différence d’une bastide, ville laïque et artificielle décidée par le prince, et dont le plan carré voit les boulevards et les rues ( cardo et decumanus) se croiser à angle droit.
Naissance d’une sauveté.
A l’origine il y a souvent une villa romaine dont le propriétaire, à la fin de l’empire romain ou au début des temps (...)
> Lire la suite...